Le buzz comme outil marketing, ou l’efficacité du modèle Audrey Pulvar

7759628498quandcharliehebdotraitelelectiondupapealasaucenabila

Anglicisme de bourdonnement, cette technique consiste à faire du bruit autour d’un évènement  un nouveau produit ou d’une offre. Cette stratégie est souvent utilisée dans les entreprises commerciales qui souhaitent faire parler d’eux un maximum. Toutefois, de nombreux buzz naissent d’un concours de circonstances. C’est au service marketing des sociétés de déterminer à quel moment prendre la vague d’une mode, sans risquer de paraître dépassé. Analyse.

Le modèle Audrey Pulvar

Depuis que l’ex-femme d’Arnaud Montebourg a avoué sur Arrêt Sur Image que son nom était générateur de clics, elle a pu expliquer comment le phénomène peut se répandre facilement. L’idéal est de viser un public le plus large possible afin d’encourager la plus grande propagation d’un message. Le buzz permet aux annonceurs de diffuser une publicité sous deux degrés : le premier stade est celui du contenu même de l’annonce, le second stade se situe au niveau même du buzz, qui se place dans la psychologie cognitive du consommateur. Il reconnaîtra d’abord la connotation avant de l’assimiler au contenu. Voilà des méthodes qui se reposent sur le bouche-à-oreille, mais encore plus sur l’aspect Web 2.0. Comme le définit si bien la journaliste de RTL, le « clic » est générateur de buzz. Celui-ci peut se diffuser par les réseaux sociaux « texte » comme Facebook ou Twitter, les outils de réseaux sociaux comme Foursquare, des réseaux communautaires interactifs comme Youtube, et le blogging. Pour terminer, le buzz peut se créer par le comportement inhabituel de célébrités, dans des séries télévisées ou des films.

Les phénomènes de mode

« Allo ? Allo ? T’es une fille, t’as pas de shampoings ? ». La plastique Nabilla des Anges de la Téléréalité est certainement le plus gros bruit retentissant du moment. Chaque média s’empresse de reprendre ses manières, dans n’importe quelle situation que ce soit. Même France Culture s’est retrouvé à en faire une référence. Peu de temps après, c’est Charlie Hebdo qui s’en est servi pour faire la Une avec une parodie du Pape François. Mais Oasis en a aussi profité pour répandre une publicité où une orange imite la demoiselle. Ce n’est pas la première fois qu’une phrase est utilisée comme repère. On se remémore du fameux « Casse-toi Pauvre Riche » ou « Si tu reviens, j’annule tout » de Libération qui a relancé les ventes du quotidien. La stratégie marche aussi avec les danses : dernièrement, on a eu le Gangnam Style de Psy, ou le Harlem Shake. Une nouvelle race d’humoristes fait ses marques sur le web s’appuyant en grande partie sur cette stratégie. La bande à NormanFaitDesVidéos a su créer le buzz pour mettre en valeur leurs talents. Mais attention aux excès de confiance, pour rester au top, il faut innover ! Le souci de cette stratégie est le temps éphémère de sa durée de vie.

 

Chaque semaine, un nouvel événement, créé volontairement ou non, fait son apparition, que ce soit une publicité, un comportement, une déclaration ou une image. Mais il doit y avoir tout de même quelques limites au buzz. Il ne faut pas atteindre la dignité humaine pour se faire entendre. Alors que Luca Rocco Magnotta en a fait son cheval de bataille, les images de sa vidéo sanglante ont été interdites de diffusion. On a aussi un mal à délimiter les frontières de l’humour et de l’insultant : l’épisode de la Une de Charlie Hebdo avec une caricature de Mahomet avait fait parler d’elle avant même qu’il soit à disposition de la vente. Le buzz permet aussi aux petits entrepreneurs de prendre de l’importance sur le marché. Comme le disait un grand philosophe, un phénomène peut aller « vers l’infini et l’au-delà ».

Florian G.

Advertisements

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s