Au plus proche d’un crash : les coulisses d’une tragédie humaine

mannequinsutilisespourlecrash1

Petites natures, zappez ! France 4 propose ce lundi 20 mai 2013 un documentaire des plus extraordinaires. La chaîne du service public va proposer en prime-time un reportage qui révèlera toutes les circonstances d’un crash aéronautique. Quels sont les moyens ? Et jusqu’où les documentaires peuvent aller pour reconstituer des situations malheureuses ?

Expérience réussie

Il ne faut pas avoir le mal de l’air devant « Crashs aériens, l’enquête inédite » ! L’expérience est simple : reconstituer la chute d’un Boeing 727 percutant le sol. Le documentaire nous dévoilera un avion se découpant en trois, un cockpit s’exploser et des sièges voler en éclat de toutes parts. Pas d’effets spéciaux, tout est vrai ! Rassurez-vous, il n’y a eu aucune victime ! L’avion est piloté par trois pilotes qui quitteront bord par parachute. Cette expérience a été faite avec une vieille machine qui ne leur a couté seulement 350 000 €. Des caméras sont disposées un peu partout dans l’appareil à 120 000€ pièce. Les mannequins représenteront les reconstitutions de passagers. Ce crash se déroulant dans le désert mexicain n’a blessé personne en se crashant. Le film résume tous les préparatifs pour l’événement et toutes les péripéties du test. A l’origine diffusé sur Discovery Channel en octobre 2012, des producteurs français ont ajouté des reportages sur la formation d’un pilote de ligne ou un stage antistress en avion.

Reconstituer des désastres pour mieux les prévenir

Ce documentaire n’a pas pour but d’effrayer le téléspectateur, mais au contraire de rassurer les futurs vacanciers qui prendront l’avion. Selon l’enquête du Guardian Datablog, il y a une 1 chance sur 11 millions pour qu’un avion pique du nez. Autant vous dire qu’on a plus de chance de gagner au loto ou de se faire foudroyer par la foudre deux fois de suite. Ce genre d’expérience permet de sensibiliser les téléspectateurs du grand nombre de procédures qui sont mis en place pour préserver la sécurité à bord. On tire des enseignements de ce genre de crash-test : par exemple, on change l’emplacement de la clé de contact qui percuterait le genou du conducteur en cas de crash. Se conditionner au plus proche du réel permet de donner un maximum de réponses et trouver le plus solution. Aux Etats-Unis, certains scientifiques créent des tornades artificielles pour jauger sa potentielle puissance et établir de meilleurs dispositifs de sécurité. Les catastrophes n’étant pas prévisibles, autant prévenir que guérir !

Florian G.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s