Jérémy Ferrari & TPMP : humour noir quand tu nous tiens

 

Déjà deux semaines que Touche Pas A Mon Poste reprend, un nouveau pensionnaire impose son style petit à petit. Connu du public de France 2, Jérémy Ferrari débarque les cheveux obscurs, la veste ténébreuse et l’humour noir. Tel le corbeau, il voit tout, il sait tout et il dit tout. Même ce qui peut choquer ! Sans peur, ni crainte, l’animateur aux milles et une danses lui offre carte blanche. A raison de deux chroniques par semaine, le cynique humoriste s’amuse à dépeindre à sa façon l’actualité. Pourtant, le chroniqueur n’est pas encore unanime dans le cœur des téléspectateurs.

Un trublion insolent

Originaire de Charleville-Mézières, dans les Ardennes, le petit Jérémy s’adonne très vite au monde de la comédie. Connu pour sa dissipation scolaire, il quitte le monde de l’école dès la seconde. L’humour, ça marche avec les copains, pas avec les professeurs. Préférant la route de la scène, Bruno Nion, professeur du théâtre de la ville, le repère. Une relation de confiance et d’amitié se noue entre les deux hommes qui mènent l’un à mettre en scène l’autre.  Motivé, Jérémy démarre sa tournée en Champagne-Ardenne avec son premier one-man show. De fil en aiguilles, le trublion insolent intègre le Festival Top In Humour. Finaliste et gagnant du prix du Public, l’exposition l’amène à rencontrer l’équipe du Morning Live de M6. Après plusieurs spectacles, l’Ardennais découvre la face sombre de l’humour : les faibles cachets et les refus de projets. Pour terminer les fins de mois, le comédien enchaîne les petits boulots. Il faudra attendre l’émission de Laurent Ruquier, « On n’demande qu’à en rire », pour voir Jérémy Ferrari reconnu par le grand public et apprécié par les téléspectateurs. Deux saisons sur France 2 le propulseront parmi les meilleurs de sa génération. L’un des rares blagueurs à ne posséder comme unique arme l’humour noir. Son spectacle « Allelujah Bordel » cartonne et se poursuit jusqu’en 2014 ! Plus rien ne l’arrête, il se sert des stéréotypes, des idées reçues et des interdits pour nourrir son one-man show de religions, de sexualité et faits divers. Sa force ? Rire de tout.

Controversé, effronté, impertinent

Cyril Hanouna l’embauche pour sa cinquième saison de « TPMP ». L’animateur fait de lui un élément conséquent de la rentrée. Il l’associe aussi sur son émission radio « Les pieds dans le plat ». Quand Hanouna a une pépite, il le dorlote, Enora peut le confirmer. Jérémy se retrouve à plaisanter le lundi et le vendredi de l’actualité, prenant soin de faire le plein d’humour noir. Controversé, impertinent, effronté, quand Ferrari fait ses premiers pas sur le plateau de D8, toute les télévisions l’observent. On notera son début fracassant piquant directement des animateurs comme Jean-Marc Morandini ou Sophia Aram. Taper sur des hommes à terre ? Le comédien s’en moque, tant que c’est drôle et bien écrit. A ses côtés, Cyril se découvre un nouveau rôle : celui de la sainte nitouche. Découvrant en même temps que nous son texte, Hanouna joue le producteur outré qui veut réparer la casse que Jérémy serait capable d’engendrer. D’un rôle de salaud sans vergogne, l’homme au blazer brun dégaine ses vannes autant sur les médias que sur l’équipe et lui. Et sur le net, les avis sont mitigés. Certains accrochent à part entières. D’autres sont mitigés, limite agacés. Quoi qu’il en soit, Jérémy Ferrari ne compte pas s’arrêter ici et s’apprête à déroger les règles. Laissons-lui le temps de s’installer, il saura nous apprendre à aimer le détester.

Florian G.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s