Tagué: BFM TV

Charlie Hebdo : Que retient-on de la couverture médiatique des attentats ?

Après les attentats du début du mois de janvier, l'heure est au bilan pour les médias de l'audiovisuel

Après les attentats du début du mois de janvier, l’heure est au bilan pour les médias de l’audiovisuel

Durant l’attaque à Charlie Hebdo et les malheureux évènements qui l’ont suivie, les médias audiovisuels ont fait face à une situation inédite. De lourds moyens techniques ont été mis en œuvre pour suivre l’affaire. Quel bilan peut-on en tirer ?

La surprise, puis la réaction. La triste nouvelle apprise, l’ensemble des médias, notamment audiovisuels mais aussi web, a chamboulé leur programme déployant une édition spéciale : direct avec journalistes sur le terrain, analyse par des experts, etc. Les réseaux sociaux, les institutions et les journalistes eux-mêmes ont critiqué certaines manœuvres des médias pour avoir des exclusivités et les meilleurs images, parfois au dépend du bon déroulement des opérations de la police et des gendarmes. Que faut-il retenir, quelles erreurs ont été faites ?

Danger du sur-plus d’information

Rumeurs ou intox, durant trois jours une pluie d’information est tombée à la télévision et sur les réseaux sociaux. Les médias devaient faire preuve de recul avec les données des actions lors des opérations à Dammartin-sur-Goëlle et à Porte de Vincennes.

L’annonce de France 2 de la présence de Lilian Lepère,  salarié de l’imprimerie où étaient cachés les frères Kouachi, aurait pu le mettre en péril. Une information récupérée par la Deux à la suite d’une interview de la sœur du « présumé otage ». « On ne peut pas dire que nous avons mis en danger le frère de cette personne », affirme au Monde, Thierry Thuillier, directeur de l’information de France Télévisions, « à partir du moment où on comprend que la sœur est sans nouvelle de son frère et qu’elle dit cesser de l’appeler pour éviter de le compromettre s’il est caché, on change l’angle de la conversation à l’antenne ».

Autre cas sur BFM TV, à la fin de l’assaut à Porte de Vincennes, la femme de l’un des otages dénonce la diffusion de la chaine d’information continue de la présence d’otages cachés dans une chambre froide du supermarché. Hervé Béroud, directeur de la rédaction de BFM TV, a tenu expliqué qu’ils n’ont jamais mentionné leur existence dans un bandeau. Seul, le journaliste Dominique Rizet, en plateau, a évoqué une fois la présence d’une femme cachée, se justifiant l’avoir dit avec l’accord d’un contact au Raid. Certains sites web comme l’Express.fr ont regretté avoir donné trop information et ont fait leur mea culpa : « Nous sommes censés, nous apprend-on dans les écoles, ne diffuser une information que si elle a été vérifiée à deux sources différentes et fiables. On l’oublie trop souvent, au gré des circonstances, des urgences, des fausses certitudes ou des nécessités – et quand je dis on, je monte dans la barque avec L’Express. On tâchera de s’en souvenir. »

« Grand coup de chapeau aux journalistes »

Bien que de nombreuses erreurs aient été réalisées durant cette lourde semaine, il ne faut pas oublier les circonstances inédites pour les journalistes. L’information aurait pu être contre-productive, notamment avec les caméras avant les assauts, qui auraient pu aider les terroristes à suivre le déroulement des opérations. Mais ne négligeons pas le travail journalistique qui a aussi permis au public de suivre l’affaire et d’aider les forces de l’ordre. « Il y a probablement eu quelques erreurs ici ou là, mais quel travail. Grand coup de chapeau ! » félicite Mémona Hintermann, membre du CSA au micro de Jean-Marc Morandini sur Europe 1, « le zéro défaut n’existe pas ».

Quand un évènement d’une telle ampleur débarque dans les rédactions, le réflexe n’a pas été que la course à l’information. Une majorité de médias a d’abord essayé d’avoir un décryptage clair de l’incident, avant de prendre des mesures efficaces pour couvrir les évènements correctement. « Nous avions les moyens d’adopter une approche prudente. On a un service police-justice composé de cinq personnes qui, jour et nuit, est là pour valider l’information donnée sur nos antennes », raconte Laurent Guimier, directeur de France Info« l’idée n’est pas de fanfaronner en disant : « On n’a pas fait d’erreur » mais bien de se dire qu’on a tenu nos engagements éditoriaux même dans les moments de très fortes tensions ».

Une rencontre entre les dirigeants de l’audiovisuel

L’accalmie revenue, le CSA a réuni jeudi l’ensemble des médias afin de revenir sur le traitement médiatique des attentats à la télévision et la radio. Animée par Olivier Schrameck, président du gendarme de l’audiovisuel, près d’une quarantaine de responsables sont venus exposer leurs difficultés et les problématiques rencontrées. Objectif de cette journée : comprendre le cadrage de l’information sur ces évènements pour servir demain en pareilles circonstances.

Principale remarque faite : les relations avec les autorités publiques. Afin d’éviter des maladresses ou dérapages, Thierry Thuillier, Hervé Béroud et Céline Pigalle, directrice de la rédaction d’i<télé, ont réclamé « un interlocuteur permanent du côté des autorités ». Cette mesure empêcherait au moins de divulguer la présence ou non d’otages et de doser l’information en fonction des enquêtes et de l’opération. Même si les dirigeants des grandes chaînes et radios seront toujours dans la quête de l’exclusivité et de l’audience, principale mesure de revenu de ces rédactions. Pour rappel, BFM TV a enregistré son record historique le jour de l’attaque à Charlie Hebdo avec 13,3% de parts d’audience.

Florian Guadalupe

Préface d’un journaliste savant mythomane : « Je suis heureux de vous annoncer que les pédés peuvent se marier »

SIDE37513192apx4701

« Tirez, tirez, vous m’attraperez pas », voilà ce qu’aurait crié Denisot – ou OrelSan, je ne sais plus – quand un homme s’est pris pour Tony Montana. Selon des sources peu fiables, il visait Daphné Bürki qui aurait récidivé avec ses questions de mère pré-ménopausée frustrée. Le tireur fou a été rapidement attrapé par la police, l’agent municipale a déclaré « à bout portant, raté sa cible, c’est inadmissible ». Le présumé coupable n’est en fait que Jérémy Michalak orchestré par un Patrick Cohen à l’oreillette. Ils auraient agi selon les rumeurs que Daphné reprendrait C A Vous à la rentrée. Cohen explique sur l’antenne de France Inter : « C A Vous n’a pas pour but d’accueillir tous les attardés de France ». Stephane Bern a ajouté quelques heures plus tard « C’est derka ».

lcimanuelvallsestinvite3npkz480x2701krmus1
Parlait-il de cette affaire ? Vraisemblablement non ! Le mondain luxembourgeois s’est surtout exclamer lorsqu’il a vu Christiane Taubira vendre des tartes à la rhubarbe au rabais dans les bars du Marais. Manuel Valls s’est alors exprimé sur la nouvelle de ce vendredi 17 Mai au micro de LCI : « Je suis heureux de vous annoncer que les pédés peuvent se marier ». Quand la journaliste lui demande quand il officiera l’union de deux personnes du même sexe, le ministre de l’intérieur répliqua : « Ce n’est pas ma priorité, il y a une menace terroriste à Strasbourg ». La stagiaire du groupe Canal qui l’interviewe rebondit sur le sujet pour en savoir plus sur cette affaire. « Il a 8 ans, il s’appelle Kevin, il dispose de couteaux tranchants et menace toute un lycée. J’ai pris la décision socialiste de disposer 1000 policiers dans chaque lycée, ça va revenir cher à l’état, mais ça vaut le coup, je m’y connais, je suis socialiste, je vous dis », le politique ibérique continue « pour ne pas faire d’amalgame, nous l’associerons à Al-Qaida. Chers concitoyens, si vous rencontrez un jeune AbdelKevin barbu, ne faites pas de gestes brusques ».

20120308sarkozybfmtv1
En face, sur BFM TV, Olivier Mazerolle reprend l’antenne. Il aurait annoncé dans le Journal de Mickey « La Province, c’est sympa, mais il pleut trop à Marseille ». Notre journaliste reçoit Nicolas Sarkozy pour parler de la politique de son successeur. « Monsieur Mazerolle, soyons sérieux, ne mentons pas au français, la France va mal ! On l’a bien vu à sa conférence de presse, tout est faux ! ». Olivier Mazerolle n’arrive pas à répondre à cause de la montre en or Dolce Gabbana qui l’éblouit – le salaire de journaliste permet au moins de s’acheter un kebab. « Concernant la crise, il a pas été mauvais, mais t’as vu la météo ? Olala, Mazerolle, t’as déjà vu un temps aussi pourri quand j’étais sur le trône ? J’crois pas non ! ». Le journaliste de retour sur BFM est interloqué. « Fais pas mine de pas comprendre Mazerolle » Nicolas Sarkozy relève sa gourmette et ses épaules. « Nadine ! Nadine ! – Qu’y a-t-il, Sarkozy Le Magnifique ? – M’appelle pas comme ça à l’antenne, steuplait. Donne-lui les chiffres Morano ! – Ceux du chômage ? Ceux de la dette ? Ceux de sa côte de popularité ? Ceux du patrimoine de Guéant ? Le poids du gros ? L’argent de la vieille ? – la météo à la même date de l’année dernière, Nadine ! – Ah ! Bah il faisait 25°C ». Sur ce point météo, Mazerolle joue à Doodle Jump sur son Iphone et clôt le débat fort utile à la démocratie. Moi-même, j’éteins la télévision. N’est pas journaliste qui veut, mais mytho si je veux !

Florian G.

Les 6 nouvelles chaînes de la TNT : Bilan après 6 mois de lancement

Une demi-année après leur lancement, les six nouvelles chaînes de la TNT s’installent calmement sur le PAF. Bien qu’il n’y ait que 16 grandes villes qui reçoivent les nouveaux canaux, certains s’en sortent vraiment pas mal. Retour sur leur progression.

De la place à de nouveaux thèmes

La plupart des nouvelles chaînes sont des petites sœurs des historiques. Sur la Vingt, on trouve HD1, de la production TF1. Sa grille est consacrée totalement aux séries et aux films. Les fans de fictions s’y plaisent pleinement. En face, on a la branche de M6 avec 6Ter. Avec un jeu de mots référant à l’anglais de « sœur », ce nouveau produit de la TNT est un lieu d’expérience pour M6 – notamment avec Norbert et Jean : le défi, et se dirige particulièrement vers un public féminin. Chérie25 répond à des critères de fictions américaines, pointant particulièrement le doigt sur les séries policières. Numéro 23 rend assez perplexe le téléspectateur car il n’a pas d’identité précise. Entre deux séries de teenagers, Hondelatte fait son show. RMC Découverte est notre chaîne consacrée principalement aux documentaires et aux voyages, qui rappelle un peu Planète, canal du câble. Enfin, L’équipe TV est devenue L’équipe21, une sorte de BFM TV sur le sport !

La réussite de 6ter et HD1

Télé7Jours révèle dans le numéro n°2759 les premiers chiffres de nos six nouvelles chaînes. Au coude à coude, 6ter pointe à la première place de nos petites inédites. Avec 0,42% de parts d’audience, la petite sœur de W9 s’impose comme un vrai cador de cette grille moderne. Suivi pas trop loin de HD1 avec 0,40% de parts d’Audimat. Dans le ventre mou, on découvre à la surprise RMC Découvertes (0,29%) qui convainc et qui trouve son positionnement. Étonnant quatrième, L’équipe21, en chaîne d’info continue se surprend à 0,17% de part de marché. Et là, catastrophe. Chérie25 qui se place sur le même public que HD1 n’arrive pas à passer la seconde. Malgré ses 0.16% de parts de public, il est temps de retravailler ses fondamentaux avant que les transmissions soient définitives (en 2015). Sur le banc des punis, on distingue Numéro23 avec 0.13% de parts d’audience. Et ce n’est pas étonnant avec une ligne éditoriale illisible, sans identité et public ciblé. Proposant des programmes racoleurs comme la chirurgie esthétique sur des enfants, la chaîne doit encore revoir sa programmation.

 

Florian G.