Tagué: france3

France Ô et France 4 à la trappe ?

 

Le bilan du mandat de Rémy Pflimlin, président de France Télévisions, est tombé ! La note est sévère. Dans un document de cent pages, le CSA « a relevé nombre d’objectifs non atteints et d’insuffisances » dont France 4 et France Ô.

 

C’est la ca-ca, c’est la cata, c’est la catastrophe. À part France5, le rapport du gendarme de l’audiovisuel dénonce « l’échec d’une claire identification des lignes éditoriales des chaînes » du service public. Et celles qui sont le plus décriées restent France 4 et France Ô. Selon les documents du CSA, elles « ont du mal à justifier leur nécessité sur un réseau hertzien national. » Les chaînes marginales de France Télévisions créent « des doutes sur le périmètre du groupe » et « si leur présence devait être maintenue, il sera indispensable de redéfinir leur ligne éditoriale. »

 

Des chaînes pas très claires

L’image de France Ô n’a jamais été saisie. Elle n’est pas la chaîne de l’outre-mer, mais celle de la « diversité », diffusée principalement en métropole et peu dans les DOM-TOM. Est-ce le facteur de son échec ? La chaîne « multiculturelle » a connu la plus mauvaise audience de la télévision le samedi 25 octobre dernier avec son magazine D’un monde à l’autre : 0% de parts de marché. Il aura fallu attendre la diffusion en prime-time de la série américaine Lost pour s’élever au maigrichon score de 0,3%.
Quid de France 4, la chaîne des « nouvelles écritures » ? Depuis le règne Pflimlin, elle est devenue la chaîne « laboratoire » où le directeur des programmes a tout essayé. Nommée aussi la chaîne de la jeunesse, elle a misé sur l’innovation : On n’est plus des pigeons, Permis de conduire : l’expérience inédite, Anarchy, Alcootest,etc. La chaîne tente même un coup de poker cette rentrée avec la saison 4 de Hero Corp et L’autre JT, un journal télévisé alternatif. Malheureusement, jamais avec succès : France 4 a réalisé un score d’1,8% en 2013. Et les critiques sont encore plus fortes aux vues des budgets conséquents adonnés (45 millions d’euros pour France 4 et 35 millions d’euros pour France Ô, selon Le Point). Des rumeurs sur France 4 la transformeraient en chaîne de rediffusion, sorte de VOD en direct, ou carrément la faire disparaître afin de libérer une fréquence.

LCI sur le coup ?

France Télévisions perd énormément d’argent avec ses deux chaînes en naufrage. Si France 4 n’existait plus, c’est des économies importantes de budget et un emplacement sur la TNT libéré. Le groupe TF1 surveillera l’affaire depuis que la fermeture de LCI a été avortée. Jusqu’au 30 juin, Orange a accepté de poursuivre son contrat « dans les mêmes conditions financières. »  La chaîne d’information en continu aurait tout à gagner dans cette affaire. Le canal 14 se situant juste avant BFM TV et I<télé, il permettrait à LCI de se replacer dans la course de l’info.
Et si France TV avait sa propre chaîne d’info continue ? Dans Le Point du 30 octobre, le sénateur PS, David Assouline propose de « positionner France 2 en unique grande chaîne généraliste et transformer France 3 en chaîne d’info continue de qualité, renforcée par les équipes en régions. Avec ça le service public écraserait les chaînes d’info privées. » Tous ces projets permettraient de fortes économies au groupe du service public, de marquer l’identité des chaînes historiques et d’évincer les programmes impopulaires. Des idées pour Rémy Pflimlin afin de prolonger son mandat ?

 

Florian Guadalupe

Publicités

Retour de la pub après 20h : une minute qui vaut cher

France retour de la pub

Depuis la loi du 5 mars 2009, voulue par l’ex-président Nicolas Sarkozy, la publicité n’est plus présente sur les chaînes du groupe public pendant la soirée. Ce changement économique a créé un manque de recettes publicitaires s’élevant à 746 millions d’euros pour l’Etat en 2013, selon le député PS Marcel Rogemont. Pour Rémy Pflimlin, la solution est un retour de la publicité sur les chaînes régionales après 20h.

 

 

Elle est de retour, du moins en partie. Le PDG de France Télévisions a annoncé mardi à son comité d’entreprise le retour de la publicité sur France 3 dans la soirée. La loi votée par la commission Copé ne concerne pas les chaînes régionales. Alors pourquoi ne l’avoir pas mise plus tôt ? France Télévisions a d’abord écarté cette idée à cause de sa complexité technique et de la difficulté du décrochage national à une heure où des programmes nationaux sont diffusés. Mais l’état économique du groupe a nécessité de retourner à cette alternative.

 

Une minute de pub pour sauver le naufrage

 

À partir du mois d’octobre, des écrans publicitaires d’une minute seront diffusés à 20h10 sur quatre régions. Le groupe du service public a estimé ce retour à 10 millions d’euros par an. On est encore loin des 420 millions d’euros qui vont manquer  au budget, selon FO. Mais si cette formule est un succès, France 3 élargira sa publicité à 4 minutes et sur d’autres régions. Cette annonce arrive après l’augmentation de 3 euros de la redevance télévisuelle grimpant à 136 euros.

 

Un retour stratégique

 

Avant même l’annonce du budget de l’Etat pour 2015, Rémy Pflimlin devance le gouvernement avec un retour de la publicité après 20h. Malgré l’avis défavorable du CSA, le PDG tente un coup de poker pour son avenir. Le diplômé d’HEC a été nommé en 2010 par Nicolas Sarkozy à son poste et son contrat s’arrête en août 2015. Trouver des revenus financiers et redresser l’économie du groupe pourraient lui favoriser une prolongation de son contrat. Même si le nouveau président du groupe public pourrait être une présidente.

 

Florian Guadalupe

L’amour est dans le pré : dernière carte de M6

enroutepourunehuitiemesaisondelamour1

Malgré un printemps pluvieux, l’amour sera bien dans le pré cet été. Pour remonter les audiences faibles de l’année, M6 va diffuser la saison 8 de son programme rural pendant la saison estival. Des prétendants toujours aussi attachants ouvriront leurs courriers. A la grande joie de la Six qui compte bien rattraper les ratés de 2013.

Reprendre le sceptre de l’audience

Métropole Six démarre difficilement cette nouvelle année : Un Air de Star  se révèle une vraie catastrophe ne dépassant pas les trois millions de téléspectateurs. A côté, Pekin Express ne confirme pas non plus et les formats de coaching n’ont pas accroché le spectateur. Si l’audience moyenne de la chaîne reste à 10% de parts de marché, France 3 est en train de reprendre du galon en gagnant 0,2 points chaque mois. A cette allure, dans deux mois la Six retombera à la 4ème place. Nicolas de Taversnot ne panique pourtant pas. Les séries américaines cartonnent et la chaîne reste un cador sur les ménagères de moins de 50 ans, cibles principales des annonceurs. Mais avec l’annonce du retour du dating de la campagne, le canal compte bien prendre le sceptre de l’audience tous les lundis.

Candidats et bonne humeur

Dès le lundi 17 Juin 2013, la saison huit de L’amour est dans le pré se lance. Depuis l’arrivée de Karine Lemarchand a la présentation, l’émission devient la plus regardée de M6 avec plus de 6 millions de fans. Un score incroyable qui bat TF1 qui doit chambouler sa grille en mettant Les Experts Miami. Et cette saison se révèle déjà pleins de mouvements : les adeptes découvriront une Françoise tombée sous le charme d’un certain Jo ou un Damien scotché à une Elodie envoûtante. Pour ce cru, le sourire, la bonne humeur et les forts tempéraments animeront le quotidien de nos candidats. Certains seront plus timides comme Philippe ou Thomas mais emmèneront leurs prétendantes et le téléspectateur dans de belles aventures. Comme depuis trois ans déjà, nous aurons le droit au rire hystérique de la jolie animatrice pour accompagner chaque agriculteur dans leurs histoires. Et vous, vous laisserez-vous tenter par cette nouvelle saison ?

Florian G.

Les « Laurent » du PAF

La télévision a vu passer de nombreuses personnalités. De grands noms qui nous ont marqués, soit par leur humour, leur professionnalisme ou leur talent. J’ai choisi de relever cinq « Laurent » qui ont su apporter quelque chose de plus à la télévision. Avant tout chose, il faut savoir que ce classement est purement subjectif de ma personne. Il n’est en rien issu d’un sondage ou d’un panel de personnes. Il fait suite au classement fait sur les « Thierry » du PAF.

5 –  Gerra, le Laurent imitateur !

A imiter toutes les voix, on en oublie la sienne ! Laurent Gerra fait parti des meilleurs imitateurs de sa génération avec Nicolas Canteloup et Gérald Dahan. Natif de Mézériat dans l’Ain, il débute dès 5 ans ses premières imitations, notamment Michel Sardou et Jacques Dutronc. Malgré son ambition faible pour l’école, il fait en 1985 des études d’Information et Communication. Au même moment, il parvient de contourner le service militaire se passant pour « dépressif avec risque de passer dans l’acte ». Pour quelle raison ? Monter à Paris pour ses premiers spectacles. Il peaufinera ses premiers sketchs à Lyon, avant d’intégrer en 1991 le cabaret Don Camillo à Paris. Il fait ensuite ses débuts avec Jacques Martin à la télévision où il rencontre un autre Laurent avec qui il participera à Ainsi font, font, font. En 1994, il rejoint le mythique Michel Drucker dans Studio Gabriel. Pour ses quelques pièces, il reçoit le Molière du meilleur spectacle à sketchs ! Son ascension se fait réellement quand il imite Jacques Chirac sur Europe1 lors des vœux du nouvel an. Il alterne alors radio et spectacle où il rejoindra rapidement l’équipe de RTL. Sa passion pour la bande dessinée l’amène même à prendre la relève de Morris pour l’écriture des scénarios de Lucky Luke. D’années en années, il s’impose comme le pilier de l’imitation, notamment celle des politiques ! Il ne s’arrête sur personne, de Jean-Marie Lepen à François Mitterand en passant par François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon.

4 – Romejko, le Laurent immortel

Connu pour sa météo et son animation courageuse de Des Chiffres et des Lettres, Laurent Romejko entre dans ce cercle fermé des présentateurs qui sont indéboulonnables. Il est nécessaire de rappeler qu’il est avant tout un grand journaliste ! D’origine polonaise, il naît en 1963 à Meulan. Depuis toujours poussé par une envie de devenir reporter, il est accepté dans l’Ecole Supérieur de Journalisme de Paris où il décroche son diplôme avec panache. Etonnant, il démarre d’abord sur le minitel où il anime la voix off des Enfants du Rock d’Antenne 2. Il se forme ensuite à la radio sur RFM et Autoroute FM  jusqu’en 1985. Il rejoint l’équipe de Télématin en 1989 pour donner le bulletin météo, ce qu’il fera jusqu’en 2012 ! Il se tente dans l’enfance en présentant Cajou sur Canal J, sans réel succès. Il se voit quand même la lourde tâche de remplacer William Leymergie sur l’émission matinale quand celui-ci est absent. Il n’arrête pas la radio puisqu’il  est le monsieur Météo de RFM. Sa première émission qui le fera connaître est Des Chiffres et Des Lettres, il en prend les commandes de 1992 à aujourd’hui.  Toutefois, sa passion pour les climats ne s’arrête pas puisque depuis septembre 2012, il présente avec Marine Vignes une quotidienne sur la météo en France, Météo à la carte.

3 – Delahousse, le Laurent de 13h

Mèche blonde, regard de braise, la ménagère tombe littéralement sous son charme. Mais il n’est pas arrivé là sans obstacles. Le jeune originaire du Nord est parti très jeune de chez ses parents à Paris pour démarrer des études d’avocat pénaliste. Il se voit diplômé d’une maitrise des droits des affaires et du travail, ainsi qu’un DEA du droit privé. Sa carrière de journaliste, il la démarre en 1994 sur RTL. Il est stagiaire au service politique de la station. Un stage performant qui le fera remarquer par LCI qui l’engage en 1996 où il est reporter politique et à l’étranger. La direction lui attribue des journaux et des hebdomadaires. En 1999, il bascule sur M6, la chaîne veut rajeunir sa grille. Après plusieurs magazines où il est rédacteur en chef, le grand public le connait à travers Secrets d’actualité. Le magazine d’investigation va avoir un succès hors du commun. En 2006, sa carrière prend un nouveau virage : il part sur France 2 devenir le joker de David Pujadas et il anime un magazine sur les tendances du moment sur Europe1 le soir. En 2007, il ne se consacre qu’au journal télévisé où il devient titulaire à 13h en semaine et à 20h le week-end. Des rumeurs arrivent rapidement comme quoi il débarquerait sur TF1, mais Laurent est fixé à son poste de France 2 qu’il apprécie. Son premier prix, il le reçoit en 2010 : on lui attribue le prix Roland Dorgelès  dans la catégorie « Télévision », pour son « attachement à la qualité de la langue française ».

2 – Baffie, le Laurent provocateur

Incontrôlable, Laurent Baffie est le seul trublion du PAF a n’avoir aucune limite. La vulgarité, ça n’existe pas pour lui, on peut rire de tout. Son libre arbitre peut choquer mais il est l’unique humoriste à dire tout ce qu’il pense sans que ça ne pose problème. Il a la réplique propre et placée au bon moment. Là est tout son talent ! Pourtant l’écolier de Montreuil a tout arrêté dès la 4ème pour entrer hâtivement dans la vie active. Il commence des études de comptable qu’il lâche pour le théâtre. Ses premiers cachets, il les prend en tant que figurant dans les émissions du couple Carpentier. En 1985, il entre dans La classe de France 3 via Jean-Marie Bigard. En échange, il l’aide à écrire ses spectacles, un soutien qu’il fait encore aujourd’hui. Ses passages à la radio ont une grande place dans sa carrière. De 1990 à 1999, il passe de Fun Radio à Skyrock, puis Europe2. Il faut attendre 2007 pour qu’il réendosse l’uniforme d’animateur radio sur Europe1 avec C’est Quoi ce Bordel ?! de 11h à midi. Comme sur Rire et Chanson quelques années plus tard, il est évincé pour raison « économique ».  Le grand public apprend à le connaître sur la télévision, notamment son rôle de snipper dans les émissions de Thierry Ardisson. Les invités tremblent qu’à l’idée de se faire descendre par un Baffie imparable. Il se lance en 2003 au cinéma avec son film Les clefs de Bagnole qui est une vraie catastrophe. De cet échec, il ne prolonge pas sa carrière de scénariste, mais qui sait ? Pour le moment, il passe son temps en tant qu’invité bankable et dîne ses amis sur 17ème sans ascenseur sur Paris Première.
Edité: Laurent Baffie est évincé de Paris Première et ne termine pas la saison

1 – Ruquier, le Laurent conquérant

Il est le meilleur animateur de France Télévisions. Bien qu’il soit passé par des flops à ses débuts, ses émissions d’aujourd’hui sont chacune des purs succès. Son apparition dans un programme met le format sur un piédestal. On peut clairement dire qu’il est plus fort que son émission. L’enfant du Havre n’était pas destiné à cette carrière. Il est clairement un exemple de réussite pour les jeunes. Parti dans des études de comptable, il se retrouve, par les conseils de Patrice Gérald, sur les planches. De 1983 à 1990, il découvre la radio locale du Havre, puis monte sur Paris pour officiait sur France Inter. Il rencontre de futurs humoristes lorsqu’il intègre Ainsi font font font avec Jacques Martin. En 1999, il débarque sur Europe1 où il présente On va s’gêner. Une émission où il se fait plaisir avec sa bande de potes. Une case qu’il n’a pas changé depuis et qui cartonne toujours sur la station. En parallèle, la télévision lui ouvre les bras. Il bat un record : l’émission arrêtée le plus prématurément du PAF (Les Niouzes en 7 jours). Mais c’est en 2000, qu’Ardisson et Catherine Barma lui laisse carte blanche pour faire à la télévision ce qu’il fait à la radio : naît ainsi On a tout essayé. On y retrouve Pierre Bénichou, Titoff, Caroline Diament, Christine Bravo ou même Jérémy Michalak. En 2006, il crée On n’est pas couché qui cartonne instantanément. Un rendez-vous pour les couche-tard pour revoir l’actualité de la semaine au crible. Ancien jeune humoriste, il veut donner sa chance à de jeunes humoristes en créant On n’demande qu’à en rire, toujours sur France2.  Son amour des planches va aussi l’amener à écrire des pièces qui vont avoir aussi un beau succès. Aujourd’hui, France 2 espère bien le retrouver pour animer un access prime-time pour septembre 2013.


Florian G.

Le TOP Audience : du 3 Mai au 10 Mai 2013 – France2 n’est pas en Bern

556430511

Chaque semaine, LaZapette rappelle les meilleures performances de la semaine. D’un œil de lynx, chaque programme de prime-time est analysé pour pouvoir vous offrir ce top 3 des meilleures réussites de la télévision. L’ami The Voice est comme chaque semaine en train de côtoyer les anges, à défaut de qualifier l’Olympe. Le télé-crochet a une nouvelle fois atteint les 6,7 millions pour 30.8% de parts de marché ! France2 se refait une beauté avec Night And Day dimanche dernier réunissant 4 926 000 personnes pour 19.3% de parts d’audience !

Top One : France2 est pour la première fois en haut de notre podium. La chaîne publique ne démérite pas. Après avoir conclut de nombreux arrêts d’émissions, il fallait que la Deux confirme sa place de leader du service public. Mardi soir, Stéphane Bern présentait Secrets d’histoire. Une spéciale sur la vie de Jésus a su réaliser un score historique pour le magazine ! Il réunit ainsi plus de 4 800 000 téléspectateurs pour 19.8% de parts d’Audimat. Un vrai succès comme France2 les aime. Certainement un programme que la chaîne prolongera aux années à venir. Bern devient avec Ruquier, les deux animateurs piliers des grilles publiques.

Top Two : ARTE est aussi rarement dans notre classement. Il faut rappeler que la chaîne créée en 1992 n’a pas pour but de faire de l’audience, mais de promulguer en Europe des programmes culturels. Préférée plus en France qu’en Allemagne, elle réalise l’une de ses plus belles années ! Le canal franco-allemand diffusait mercredi un film qui tend au reportage : Entre les murs. L’histoire d’un collège ZEP où l’on suit l’année d’un professeur de français et de sa classe de 4ème. Entre réalité et fiction, la frontière est courte et ça plait aux téléspectateurs : 1 361 000 personnes pour 6% de parts d’audience !

Top Threw : Lundi dernier, M6 diffusait le dernier épisode de la saison de TopChef. Avec un épisode spéciale « le choc des champions ». Naoëlle, la championne 2013 se retrouvait face à Jean, le champion 2012. Dans un duel acharné, c’est au public de déterminait à la fin de chaque épreuve, qui mérite de gagner. Sans surprise, Jean écrase la pauvre habitante de Saint-Ouen L’Aumône. Une émission qui s’est plus terminée en exécution publique qu’autre chose. Jean Imbert ayant une notoriété assez importante depuis qu’il possède son émission, avec son compagnon Norbert, sa victoire semblait logique. Mais depuis quelques semaines, Naoëlle hérissait les poils des téléspectateurs à cause de l’histoire du vol de crevette et de son tempérament chaud. L’émission a quand même réuni 3 288 000 gourmands pour 15.4% de parts d’audience.

 

Que serait un TOP audience, sans son FLOP audience. En effet, je me permets de relever aussi les échecs de la semaine. Beaucoup de déception ces sept derniers jours. M6 s’est emmêlé les pinceaux avec La pire semaine de ma vie mardi dernier : 1 933 000 curieux et 7.8% de parts d’Audimat. France3 aussi a connu des périodes difficiles : le documentaire Un Petit Bout de France n’a séduit que 1,6 millions de téléspectateurs et 6.8% de parts de marché.

Flop One : TF1 s’est retrouvé plus bas que terre. Cela fait plusieurs mois, voire année que la Une n’était pas descendu sous la barre des quatre millions. La Faute à qui ? Les Experts qui n’ont plus le succès d’antan. Pourtant, la concurrence n’était pas extraordinaire, sauf Candice Renoir sur France2. Les épisodes ont fait beaucoup moins d’émules que les émissions françaises avec Arthur ou Laurence Boccolini. Est-ce la fin de la série sur TF1 ? Pas de nouvelles précisés pour les grilles françaises, mais aux Etats-Unis, c’est clair. Il n’y aura plus de saison supplémentaire ! Vendredi, la série a réalisé 3 688 000 courageux et 16.4% de parts d’audience.

Flop Two : On en parle depuis déjà plusieurs semaines. Franz-Olivier Gisbert n’est pas l’homme de la situation pour des émissions comme Le Monde d’après. C’est vieillot et d’un rythme fort lent. Arrêtons de jouer avec la bicyclette sans selle et achetons-nous de beaux VTT. Le plateau discutait autour des mystères du cerveau, un thème intéressant s’il était abordé de manière ludique et compréhensible pour le téléspectateur. Au lieu de ça, le public est marginalisé par une bande d’intellectuels donneurs de leçons. Pas étonnant qu’ils réalisent seulement 1 728 000 assidus et 6.9% de parts de public.

Flop Threw : L’épée de Damoclès flotte au-dessus de sa tête, Marie Inbona doit redynamiser son magazine en prime. Ce n’est plus le succès de ses débuts et elle se retrouve belle dernière des 18 chaînes TNT. NRJ12 va donc réfléchir à la prolongation des Grandes Histoires. Pragmatiquement les chiffres ne sont pas bons et le téléspectateur ne s’y retrouve plus. Le format est trop proche de Tellement Vrai. L’intérêt porté a énormément baissé avec la qualité fade des sujets. Sans surprise, Mercredi dernier, la Douze enregistrait 1% de parts d’audience et 229 000 curieux.

Mais l’audience, ce n’est pas moi, c’est vous !

 

Florian G.

Le TOP Audience : du 20 Avril au 26 Avril 2013 – TF1 ne Jo pas sur le même terrain

joh2012

Chaque semaine, LaZapette rappelle les meilleures performances de la semaine. D’un œil de lynx, chaque programme de prime-time est analysé pour pouvoir vous offrir ce top 3 des meilleures réussites de la télévision. W9  jubile toujours de sa téléréalité fétiche La Belle et ses princes. Mardi dernier, la Neuf a enregistré 1 669 000 téléspectateurs pour 6.2% de parts de marché.

Top One : Comment être passé à côté de la nouvelle grosse production de TF1. Attendez-vous à le revoir souvent dans notre classement, Jo débarque ! Mais ce Jo, c’est qui ? Saint-Clair de son nom, c’est  est un policier implacable et méticuleux, qui ne recule devant rien pour résoudre des affaires de meurtres à Paris. Une série que l’on attendait depuis un bon moment. Depuis l’annonce de Jean Reno dans le rôle principal, tous les foyers patientaient calmement le retour du messie. Et cela était conséquent : 7 472 000 curieux et 30.3% de parts d’audience, sans compter le taux de ménagères qui a dépassé les 40%. Petit hic, le doublage des voix qui laisse à désirer.

Top Two : Personne ne le voyait à ce niveau-là, le téléfilm Meurtres à St-Malo a réaliser le carnage parfait niveau audience ! En quoi ça consiste ? Gwenaële Garrec, capitaine de la PJ de Rennes, enquête sur la découverte d’un cadavre sur la plage de Saint-Malo. Elle essaie de convaincre son équipier temporaire, l’adjudant chef Eric Vautier, que leur affaire est liée à la piraterie puisque le corps porte les marques de tortures des corsaires remontant à quatre siècles auparavant. Une investigation qui replonge Gwen dans de douloureux souvenirs. Un superbe casting qui met Louise Monot dans le rôle de la capitaine de la PJ et Bruno Solo dans le rôle du coéquipier. Un long-métrage qui a satisfait 4 770 000 personnes pour 17.8% de parts d’Audimat. Autant vous dire que France3 était leader ce mardi !

Top Threw : Celle qui se fait petite mais qui veut absolument entrer dans l’intimité des gens se situe à notre troisième palier ! Mimie Mathy s’éclate toujours autant à joueur Joséphine L’Ange Gardien. Un succès qu’elle doit à un public très jeune qui idole l’actrice. Pourquoi ? Dans un scénario simpliste, elle ajoute une touche de magie et de fantaisie dans un monde sombre et conflictuel. Elle intervient dans des situations de haute tension et s’infiltre avec humour dans des rôles divers. En période de vacances, la célèbre série sort l’artillerie lourde : 6 882 000 de passionnés pour 25.9% de parts de public.

 

Que serait un TOP audience, sans son FLOP audience. En effet, je me permets de relever aussi les échecs de la semaine. Beaucoup de déception ces sept derniers jours. TF1 s’est vu concurrencé par France3 mardi, quand ils ont diffusés Les Experts (17.8% de parts de marché). NRJ12 n’arrive toujours pas à relever les chiffres des Grandes Histoires qui ne font que baisser : 284 000 courageux mercredi.

 

Flop One : NT1 n’arrive pas à trouver sa place sur la TNT et ça se sent. La chaîne tente plusieurs coups, entre séries et films pour viser un public jeune. En vain. Dimanche, la Onze est arrivée quasiment dernière (les chaînes d’informations continues étant derrières). Pour cause ? Une rediffusion du film con-con Un Ticket Pour l’espace. Pas besoin de raconter le synopsis, c’est l’histoire de gars qui vont dans l’espace, avec les délires de Kad&O ajoutés. Le film n’a pas fait un carton, et ce n’est que logique. Le même public cherché était posté devant Iron Man 2 sur la grande sœur TF1. Ainsi, le long-métrage n’a récolté que 272 000 téléspectateurs pour seulement 1% de parts d’audience.

Flop Two : Quand la programmation est contre vous. Les réseaux sociaux ont été attaqués ce lundi par une horde de fans mécontents. Pour quelle raison ? Tous les sites de programmes télévisuels annonçaient la diffusion d’American Pie 4, la suite du troisième opus. Or, NT1 a diffusé American Pie 4 : No Limit !, une sorte de version dérivée de l’original. Contrariés, le film s’est vu boycotté (ou simplement non-apprécié). La onze essuie une nouvelle fois un revers en comptant 362 000 fidèles et 1.3% de parts d’audience. Il ne fallait pas plus s’attendre d’une production déjà très en dessous…de la ceinture.

Flop Threw : Jamais deux sans trois, NT1 ferme aussi la marche ! Ce mercredi, était diffusé Comme Chiens et chats, comédie américaine sortie en 2001. Film assez divertissant mettant en avant un conflit entre les deux races. L’une protégeant les humains et l’autre voulant les soumettre. Effet Dolittle, les animaux sont doués de la parole. Long-métrage sympathique pour les enfants qui n’ont pas souhaités regarder. On compte alors le faible score de 316 000 téléspectateurs et 1.2% de parts de public. En espérant que NT1 se reprenne la semaine prochaine. Au risque de passer une nouvelle fois, à la casserole.

 

Mais l’audience, ce n’est pas moi, c’est vous.

Florian G.

Le TOP Audience : du 6 Avril au 12 Avril 2013 – Louis La Brocante se rebelle sur la Trois, Vampire Diaries saigne sur NT1

Chaque semaine, LaZapette rappelle les meilleures performances de la semaine. D’un œil de lynx, chaque programme de prime-time est analysé pour pouvoir vous offrir ce top 3 des meilleures réussites de la télévision. Recherche Appartement ou maison n’a pas fait des émules avec ses 3,6 millions de fidèles. Toutefois, Stéphane Plaza a su réunir plus de 23% de la fameuse ménagère de moins de 50 ans.

Top One : Incroyable ! Etonnant ! Vous ne verrez pas ça chaque semaine ! Mais Louis La Brocante est bien à la première place de ce classement. Pourquoi ? Il a su réunir 4,1 millions d’assidus et 15.6% de parts de public. Le meilleur score de la saison en prime pour la chaîne du service public. La fiction pure sang français de 90 minutes s’inscrit comme les séries mythiques de la Trois. Son public âgé est attaché au personnage interprété par Victor Lanoux. Le Sherlock tricolore entraîne les téléspectateurs dans des enquêtes de quartier. Malgré ses 76 ans, le héros du 3ème âge passionne toujours autant et compte bien continuer à tourner.

Top Two : Ils y ont cru. Le match aurait pu entrer dans les annales. Mais c’était sans compter sur un certain Messi. Je parle évidemment du Barcelone-Paris Saint Germain diffusé sur Canal+. Avec cette affiche hors-norme, la chaîne payante s’est offert un record d’audience ! Avec 3,7 millions de supporters et 14% de parts d’Audimat, le spectacle fut au rendez-vous. Et les parisiens ont cru à l’exploit lorsque Pastore croisa sa frappe au fond des filets. Mais ce feu d’artifice a été bénéfique à la Quatre, qui a enregistré un grand nombre de nouveaux abonnés en l’espace de deux semaines. Dommage que le final se termine sur un but de Pedro significatif d’une élimination de la bande à Zlatan.

Top Threw : Evènement sur Arte ! La nouvelle série Real Humans est un vrai succès sur la chaîne franco-allemande. Arrivant tout juste au début Avril sur les ondes françaises, la fiction suédoise a tout de suite conquis. Avec 1,3 millions de curieux et 5% de parts de marché, son entrée dans les grilles s’est faite ressentir. Même si la chaîne n’est pas en recherche officiellement d’audience, le succès fabuleux du programme ravit toute la station et convainc la direction des programmes d’acheter plusieurs saisons…avant qu’une autre chaîne ne le fasse !

Que serait un TOP audience, sans son FLOP audience. En effet, je me permets de relever aussi les échecs de la semaine. Le Monde D’après, quelle émission ennuyante et sans saveur. Avec un Franz Olivier Giesbert en léthargie et un décor en carton, France 3 n’a pas enregistré plus de 1,4 millions de courageux et 5.4% de parts d’audience.

Flop One : Comme dit la semaine dernière, c’est Qui veut épouser mon fils ? qui a pris la relève sur la NT1. Sauf que c’est encore pire. Alors que l’audience était très bonne sur TF1, sur la petite sœur, seul 230 000 téléspectateurs ont regardés pour 0.9% de parts d’Audimat, soit pire que Les Vraies Housewives. La rediffusion de la saison 2 n’a pas su regagner le public qu’il souhaitait. Pourquoi mettre un programme de seconde partie de soirée en prime-time ? Ne serait-il pas à ce niveau que la programmation a péché. Ensuite, rien de neuf…On retrouve les mêmes têtes ahuris.

Flop Two : NT1 en prend toujours pour son grade ! Avec la nouvelle série Vampire Diaries, la Onze espérait retrouver le public de Twillight. Que nenni ! 231 000 personnes ont jeté un coup d’œil à la fiction pour 0.9% de parts de marché. Aurait-on épuisé le genre ? Les vampires sont-ils démodés ? Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les jeunes adolescentes n’accrochent pas à ce produit dérivé des créations surnaturelles et des amourettes à l’eau de rose. Au lieu de vouloir aspirer le sang, les réalisateurs devraient chercher de l’inspiration.

Flop Threw : Quand TF1 se trouve sous la barre des cinq millions, ce n’est pas bon signe. Le film Inception n’a pas assez convaincu dimanche dernier. Il faut comprendre que le long-métrage te retourne le cerveau et que pour le comprendre dans son entité, il est nécessaire de le voir plusieurs fois. Avec 4,6 millions de téléspectateurs et 20.7% de parts de public, l’équipe de Leonardo Di Caprio aurait pu espérer mieux. Ce soir-là, France 2 proposait aussi American Gangster qui se posait sur le même style de public.

 

Mais l’audience, ce n’est pas moi, c’est vous.

Florian G.